Page d'accueil

Association des amis de la Fondation Vasarely

English
Deutsch
Magyar
Facebook
 
 

 

 

 

 
 
   

Revue de presse 2017

 


décembre 2009

 

 

 

Grandson takes the reins

Victor Vasarely's cherished foundation fas finally fallen into safe familial fands...

  télécharger le fichier .pdf
   


mercredi
11 novembre

 

 

 

Pierre Vasarely obtient le droit moral sur l'œuvre de son grand-père

Le tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence (Bouche-du-Rhônes) a reconnu, vendredi 6 novembre, Pierre Vasarely seul titulaire du droit moral de l'ensemble de l'œuvre de son grand-père, le peintre Victor Vasarely. La décision clôt des années de bataille judiciaire.
  télécharger le fichier .pdf
   


mardi
10 novembre

 

 

 

Justice pour Vasarely

Pierre Vasarely, petit-fils du peintre Victor Vasarely, vient d'obtenir le droit moral sur l'œuvre de son grand père. La décision du tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence met fin à la longue bataille juridique opposant des memebres de la famille...

  télécharger le fichier .pdf
   


mardi
10 novembre

 

 

 

Rebondissement dans l'affaire Vasarely

Le Tribunal de Grande Instance d'Aix-en-Provence a reconnu Pierre Vasarely, petit-fils de Victor Vasarely, seul titulaire du droit moral de l'œuvre de son grand-père. "A partir de ce jour, seul Pierre Vasarely est apte à dire si les œuvres sont originales, si leur exploitation est conforme à la volonté de Victor Vasarely et si elles peuvent être exposées", selon l'avocate du petit-fils du peintre...

  télécharger le fichier .pdf
   


mardi
10 novembre

 

 

 

Fin de bataille pour la succession Vasarely

Le Tribunal de Grande Instance d'Aix-en-Provence a tranché dans l'affaire qui opposait les héritiers de Victor Vasarely, décédé en 1997.
Pierre Vasarely, petit-fils du peintre, devient le seul titulaire du droit moral sur l'ensemble de l'œuvre de son grand-père...

  télécharger le fichier .pdf
   


lundi
9 novembre

 

 

 

Vasarely unokájának ítélte a hagyatékok a francia bíróság

A határozat 1999. március 15-ig, Victor Vasarely haláláig visszamenőleges hatályú

A francia igazságszolgáltatás Pierre Vasarelynek, Victor Vasarely (Vásárhelyi Győző, 1906-1997) festőművész unokájának ítélte a nagyapja hagyatéka feletti rendelkezés jogát - kőzőlte Pierre Vasarely ügyvéde. A magyar származó festőművésznek, az op art mesterének családja évek óta pereskedik a hagyatékért.
A dél-franciaországi Aix-en-Provence bírósága pénteki ítéletében azt is elrendelte, hogy Michele Taburno-Vasarely, a festő menye, Jean-Pierre nevű fiának második felesége 10 napon belül kőteles átadni Pierre Vasarelynek a művész archívumát, az esetleges késlekedés után napi 1000 euró büntetést kell fizetnie - kőzőlte Martine Renucci-Papratx ügyvéd.
Ettől a naptól fogva egyedül Pierre Vasarely jogosult eldönteni, hogy a művek kiállíthatók-e vagy sem, illetve hogy felhasználásuk megfelel-e Victor Vasarely akaratának.
A bíróság döntése 1999. március 15-ig, Victor Vasarely haláláig visszamenőleges hatályú. Egyúttal érvénytelennek mondta ki a Vasarely Alapítvány igazgatótanácsának összetételét 2002 és 2006 között, és a fenti időszakban hozott döntéseit semmisnek nyilvánította.
A Vasarely által az 1976-ban létrehozott alapítványnak a 18 ezer selyemszitanyomat mellett ajándékozott 1300 Vasarely-mű többségének nyoma veszett. Mindössze 42 monumentális alkotás található az alapítvány épületében.
  télécharger le fichier .pdf
   


lundi
9 novembre

 

 

 

Le petit-fils de Vasarely reconnu titulaire du droit moral des œuvres du peintre

Pierre Vasarely a été reconnu seul titulaire du droit moral de l'ensemble de l'œuvre de son grand-père, Victor Vasarely © Sipa
"Je ferai tout pour défendre de mon mieux le patrimoine culturel de mon grand-père." Pierre Vasarely, petit-fils du peintre Victor Vasarely, jubile. Dans une décision rendue vendredi, le tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence l'a reconnu seul titulaire du droit moral de l'ensemble de l'œuvre de l'artiste d'origine hongroise, mort de 15 mars 1997. "Seul Pierre Vasarely est apte à dire si les œuvres sont originales, si leur exploitation est conforme à la volonté de Victor Vasarely et si les œuvres peuvent être exposées ou non", explique son avocat, Me Martine Renucci-Pepratx.
Pierre Vasarely a donc désormais toutes les clés en main pour relancer la fondation Vasarely, que l'artiste a lui-même créée en 1976. Président de l'institution basée à Aix-en-Provence depuis le 21 juillet dernier, il va désormais devoir s'atteler à l'examen des décisions prises entre 2002 et 2006, puisque le tribunal a décidé de toutes les annuler. Pierre Vasarely va également récupérer les archives de son grand-père qui doivent lui être restituées par Michèle Taburno-Vasarely, deuxième épouse de l'un des fils de l'artiste, Jean-Pierre. Le tribunal a ordonné que ces documents lui soient remis dans les dix jours sous astreinte de 1.000 euros par jour de retard.
Ces archives reviennent dans le giron de la fondation alors qu'aujourd'hui, il reste peu de choses des multiples œuvres laissées par Victor Vasarely. La plupart des 1.300 œuvres originales et des 18.000 sérigraphies ont disparu. Seules 42 œuvres monumentales subsistent dans le bâtiment aixois de la fondation Vasarely, inscrit à l'inventaire des monuments historiques. Comment ces œuvres se sont-elles volatilisées ? Plusieurs d'entre elles ont été détournées par Charles Debbasch, ancien doyen de la faculté de droit d'Aix et président de la fondation de 1981 à 1993. En mai 2005, il a ainsi été condamné à deux ans de prison, dont un an ferme. D'autre part, Michèle Taburno-Vasarely, qui fut présidente de la fondation de 1995 à 1997, a aussi été inculpée par la justice américaine en juillet 2008 pour avoir volé de nombreuses œuvres d'une valeur de plusieurs centaines de milliers d'euros. La famille Vasarely n'en a donc probablement pas fini avec les démêlés judiciaires.
  télécharger le fichier .pdf
   


lundi
9 novembre

 

 

 

Le droit moral sur l'œuvre de Vasarely confié à son petit-fils

La décision du TGI d'Aix-en-Provence en faveur du petit-fils du peintre Victor Vasarely, met peut-être fin à la bataille juridique qui oppose depuis plusieurs années des membres de la famille.

Le petit-fils du peintre Victor Vasarely, Pierre, le 11 septembre 2008 devant la salle d'audience de la chambre civile du tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence. (AFP)
Nouveau rebondissement dans la controverse entourant la Fondation créée par Victor Vasarely, figure de l'art cinétique ("Op'art"). Le tribunal de Grande instance d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) a reconnu Pierre Vasarely, petit-fils du peintre Victor Vasarely, seul titulaire du droit moral de l’ensemble de l’œuvre de son grand-père, a-t-on appris lundi auprès de son avocat.
Le TGI d’Aix-en-Provence a rendu sa décision vendredi, avec effet rétroactif au 15 mars 1997, date du décès de Victor Vasarely. Le TGI d’Aix-en-Provence a par ailleurs ordonné à Michèle Taburno-Vasarely, deuxième épouse de l’un des fils de l’artiste, Jean-Pierre, de remettre à Pierre Vasarely les archives du peintre dans les 10 jours sous astreinte de 1.000 euros par jour de retard, selon l’avocate Martine Renucci-Pepratx.
"A partir de ce jour, seul Pierre Vasarely est apte à dire si les œuvres sont originales, si leur exploitation est conforme à la volonté de Victor Vasarely et si les œuvres peuvent être exposées ou non", a indiqué Me Renucci-Pepratx. "Il peut tout faire avec ce droit", a-t-elle précisé.
Le TGI a par ailleurs décidé l’annulation de tous les conseils d’administration de la Fondation Vasarely de 2002 à 2006 et prononcé la nullité de l’ensemble des décisions prises alors, selon la même source. Une bataille juridique oppose depuis plusieurs années des membres de la famille du peintre d’origine hongroise.
La plupart des 1.300 œuvres originales dont Vasarely (1906-1997) avait doté sa fondation, créée en 1976 par l’artiste, en plus de 18.000 sérigraphies, ont disparu. Seules 42 œuvres monumentales subsistent dans le bâtiment aixois de la Fondation, inscrit à l’inventaire des monuments historiques.
  télécharger le fichier .pdf
   


lundi
9 novembre

 

 

 

Fondation Vasarely

Double victoire en justice pour le nouveau président, Pierre Vasarely.

La fin de semainea été faste pour Pierre Vasarely, président, depuis trois mois et demi, de la Fondation créée par son grand-père. Le tribunal de grande instance d'Aix lui a donné en effet raison dans deux important dossier...

  télécharger le fichier .pdf
   


vendredi
30 octobre

 

 

 

Un précurseur nommé Vasarely.

En projet, une exposition mêlant l'artiste hongrois et ses fils spirituels.

Lorsque Marseille-Provence a été désignée capitale de la Culture en 2013, la Fondation Vasarely était une coquille vide - que le précédent président envisageait même de mettre en liquidation judiciaire - dirigée par un administrateur provisoir.

La gouvernance énergique de cet administrateur provisoire a permis à la Fondation de recouvrer quelque argent, d'espérer, au travers d'actions en justice, le retour d'œuvres dont le lieu avait été dépossédé, et de réunir un Conseil d'administration. Lequel, le 21 juillet dernier, a porté à sa tête Pierre Vasarely, 49 ans, le petit-fils de l'artiste, qu'il avait désigné comme le seul à même de défendre son œuvre...

  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 15 octobre

 

 

 

L'art cinétique en mouvement

Avec la Fiac et Art Elysées, les amateurs d'art contemporain sont à Paris. L'occasion pour les commissaires priseurs de présenter des vacations dédiées. On y trouve nombre d'œuvres actuelles. A noter le retour en force de l'art cinétique, mis en vedette par Vasarely.

Cette année encore (du 22 au 25 octobre) , la Fiac (foire internationale de l'art contemporain) et son voisin très actif, Art Elysées, mettent en valeur l'art actuel sous toutes ses formes. Il faut noter que Paris est à redevenue une place forte de ce mouvement artistique.

Cela est dû notamment à ces manifestations, mais aussi à la présence de galeries désormais dynamiques qui profitent que la France a été moins soumise aux effets de mode, notamment à la spéculation effrénée qui a touché l'art de la fin du XXème siècle en même temps que la crise financière. C'est pourquoi de nombreux marchands viennent aujourd'hui exposer à Paris où s'ouvrent en même temps de nouveaux ateliers d'artistes.

Certaines sociétés de ventes aux enchères suivent cette ébullition, en particulier celles qui possèdent un département d'art contemporain bien introduit. Et profitent de la Fiac - et de la venue de collectionneurs - pour proposer quelques vacations dédiées. Si les artistes actuels restent soumis à la spéculation, ce sont les oeuvres plus "classiques" qui trouvent preneur en premier, par exemple les portraits de Warhol, les nus de Wesselmann, les pointillés de Hirst, les griffures de Fontana ou les figures de Basquiat. Autre caractéristique du marché européen, quelques écoles ont le vent en poupe: le néo-réalisme, le narratif et le cinétique.

L'art cinétique (ou op'art) est un courant fondé sur l'esthétique du mouvement, que ce soit le mouvement de l'oeuvre, le déplacement du spectateur, ou la modification de l'éclairage. On le trouve surtout en sculpture avec des éléments mobiles basés sur les illusions d'optique avec des surfaces colorées et contrastées.

Si les premières manifestations d'art cinétique datent des années 1910 puis vers 1935 avec le dadaïsme et les mobiles de Calder, il s'est imposé dans les années 1960/70. Les artistes qui se sont intéressés plus précisement aux machines et mobiles sont Nicolas Schöffer, Tinguely , Bury, Kosice et Munari . Mais les représentants les plus connus sont Joseph Albers, Soto, Malina, Biasi, Roth, Messen-Jaschin, Vardanega, Yvaral , Morelet, et surtout Vasarely, le plus populaire car il a, avec le "Manifeste jaune", théorisé l'art cinétique et produit en quantités importantes, marquant de son style toute une époque.

Quatre études mettent aux enchères cette semaine d'octobre des oeuvres de ce mouvement, estimées entre 2.500 et 50.000 euros. On trouve également des peintures de Warhol, Combas, Lindstrom, Corneille, Rancillac, Erro, Takis ou Raynaud, entre 15.000 et 50.000 euros. A noter une sculpture "Singe" de Lalanne (120.000 euros), un portrait de Cocteau par Warhol (250.000) et pièce la plus chère, un grand acrylique "VNDRZ,1982" de Basquiat (1,2 million).

Jérôme Stern

  >>> Lire la suite de l'article
   


automne 2009

 

 

 

8e art.

Majus
Victor Vasarely
576 x 576
Période "Folklore Planétaire" (1960 - 1964)
Réalisé en 1975

Pierre Vasarely, petit-fils du plasticien Victor Vasarely (Pécs, 1906 - Paris, 1997) et président de la Fondation éponyme nous présente une œuvre de son grand-père.

  télécharger le fichier .pdf
   


lundi 14
septembre

 

 

 

Pierre Vasarely fait son retour par la grande porte.

Il est le nouveau président de la Fondation créée par son grand-père.

Le nouveau conseil d'administration de la Fondation Vasarely vient d'élire son président. Il s'agit de Pierre Vasarely, le petit-fils de l'artiste qui avait créé la Fondation. Voici trente-trois ans, adolescent, Pierre Vasarely avait assisté à l'inauguration du lieu aux côtés de son père, l'artiste-peintre Yvaral, et de son grand-père.

Un long chemin.

Pierre Vasarely a été porté par le conseil d'administration à la tête de la Fondation de son grand-père.

Pierre Vasarely, président de la Fondation : il y a là une certaine logique. Son grand-père l'avait, dans son testament, désigné pour défendre son œuvre. Pourtant, la logique a eu du mal : tenu à l'écart de la Fondation par les présidents précédents, Pierre Vasarely s'est battu pour obtenir une place au conseil d'administration où il a souvent fait l'unanimité... contre lui. Mais sa combativité a fini par porter ses fruits. Fin 2007, la justice a nommé un administrateur provisoire, Me Xavier Huertas, qui a engagé des actions devant les tribunaux - certaines sont encore pendante - repoussé le spectre d'une liquidation brandi par le dernier président et constitué un nouveau conseil d'administration. C'est ce dernier qui a porté Pierre Vasarely à la tête de la Fondation.

  télécharger le fichier .pdf
   


lundi 24
août

 

 

 

FONDATION VASARELY
L'abstraction et la liberté

Le musée. Lieu emblématique d'un univers esthétique et social exceptionnel, le Centre architectonique du Jas de Bouffan redevient désormais le signal culturel d'Aix-en-Provence.

  télécharger le fichier .pdf
   

 

 

 

 

  télécharger le fichier .pdf
   


mercredi 5
août

 

 

 

Pierre Vasarely devient
président de la Fondation

Au terme de sa mission débutée en octobre 2007 par une ordonnace du tribunal de grande instance et qui pris fin le 25 juillet 2009, maître Xavier Huertas, en sa qualité d'administrateur provisoire, a réuni, il y a quelques jours à la fondation Vasarely, les membres du conseil d'administration. Pierre Vasarely, petit-fils de Claire et Victor Vasarely, a été nommé à la présidence de cette institution, reconnue d'utilité publique en 1971

  télécharger le fichier .pdf
   


juillet - août

 

 

 

Un second souffle pour Vasarely

Le 7 mars dernier, la vente d'œuvre de Victor Vasarely (1906-1997) a dépassé toutes les espérences. Avec 305 581 € (frais inclus), cette action marque une étape clef dans le redémarrage de la fondation Vasarely, comme en témoigne Pierre Vasarely, petit-fils et légataire universel du plasticien français d'origine hongroise.

  télécharger le fichier .pdf
   


samedi 20
juin

 

 

 

Réflexion autour de la modernité à la Fondation Vasarely

Le colloque "De Cézanne et Picasso à Mondrian et Vasarely" se poursuit aujourd'hui toute la journée à la Fondation.

  télécharger le fichier .pdf
 


vendredi 19 et samedi 20 juin

 

 

 

De Cézanne et Picasso
à Mondrian et Vasarely
peinture, structure et modernité

Colloque national d'histoire de l'art
19 et 20 juin 2009
Fondation Vasarely, Aix-en-Provence

télécharger le programme (fichier .pdf)

  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 4
juin

 

 

 

Face à une centaine de caravanes installées sur le site de la Fondation Vasarely

Le festival Seconde Nature n'aura finalement pas lieu.

  télécharger le fichier .pdf
   


mardi 2
juin

 

 

 

Vasarely renaîtra-t-il de ses cendres ?

Sur fond de querelles familiales autour de l’héritage de Victor Vasarely, un vent nouveau semble souffler sur la fondation créée en 1971 par le maître de l’art optique.

  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 28
mai

 

 

 

Association pour la défense
et la promotion de l'œuvre de Vasarely

 

Aix-en-Provence, le jeudi 28 mai 2009

 

Chère Madame, Cher Monsieur, Chers amis,

Dans le cadre de la mission* qui a été confiée par le Tribunal de Grande Instance d'Aix-en-Provence à Maître Xavier Huertas, administrateur provisoire de la Fondation Vasarely, je me permets de vous informer que vous avez l'opportunité de liquider tout ou partie de votre ISF 2009 en soutenant notre institution.

Pour toute information complémentaire sur cette mesure de défiscalisation, vous trouverez ci-joint une note succinte rédigée par Maître Stéphane Couchoux, avocat associé du Cabinet Akléa, responsable du département "Mécénat, Fondation et Association".

Si comme nous l'espérons, vous souhaitez participer au redéploiement des activités de la Fondation Vasarely, reconnue d'utilité publique par décret le 27 septembre 1971, je vous remercie de bien vouloir adresser vos dons, au plus tard le 15 juin prochain, à:

Maitre Xavier Huertas
Administrateur Provisoire de la Fondation Vasarely
1, avenue Marcel Pagnol
13090 Aix-en-Provence

Ce dernier vous retournera le reçu fiscal permettant de défiscaliser 75% de votre don au titre de l'ISF 2009.

Vous remerciant par avance pour votre écoute et votre engagement à nos côtés,

Je vous prie de croire, Chère Madame, Cher Monsieur, Chers amis, à l'expression de mes sentiments distingués.

 

Pierre Vasarely
Membre fondateur de la Fondation Vasarely
Président de l'association pour la défense et la promotion
de l'œuvre de Vasarely

 

*mission confiée le 25 octobre 2007, renouvelée à deux reprises jusqu'au 25 juillet 2009.

  télécharger le fichier .pdf
   

 

"aktualités"
(Mécénat, Fondation & Association)

Réduire son ISF 2009
en soutenant la Fondation Vasarely.

  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 14
mai

 

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

De Cézanne et Picasso
à Mondrian et Vasarely
peinture, structure et modernité

Colloque national d'histoire de l'art
19 et 20 juin 2009
Fondation Vasarely, Aix-en-Provence

"Je ne cherche pas. Je trouve !" aurait répondu Picasso à quelqu'un dont il cherchait (néanmoins) sans doute à se débarrasser, selon une citation célèbre et souvent répétée.
Si, à l'en croire, il parvint à trouver sans chercher, c'est quand même que Cézanne avait cherché longuement avant lui comme, après lui, Mondrian, Vasarely et quelques autres continueront de chercher pour trouver, à partir de la peinture et du tableau, l'espace d'une modernité sans doute indépassable et d'une universalité incontestable. Si bien que l'art, après eux, ne parvint à se situer que dans une situation de référence et de postérité, celle du postmodernisme.
Indépassable et incontestable, parce que cette modernité touche à la réalité physique et physiologique (le Beau, le Bon, le Vrai des Grecs), celle d'un espace absolu, d'un art total, dans l'évidence de l'orthogonalité, des lois chromatiques et de la perception optique.

Si l'art, après eux, n'a cessé de chercher, ils sont les derniers à avoir trouvé un style, autrement dit une structure qui touche à quelque chose de suprême parce-que, en dépit de ce qu'il pourrait paraître, son ordre s'inscrit dans l'ordre même de la nature.

Ce colloque qui se déroulera les 19 et 20 juin à la Fondation Vasarely à Aix-en-Provence, tandis qu'aura lieu l'exposition Picasso – Cézanne au musée Granet, se propose de mettre en évidence les filiations de la modernité dans l'art du vingtième siècle. Il est conçu comme une réflexion en même temps qu'une démarche pédagogique ouverte au grand public dans l'esprit de ce que Victor Vasarely avait souhaité comme action pour sa Fondation.

  télécharger le fichier .pdf
   


mercredi 13
mai

 

 

 

Bohócorr Vasarely munkáján

Victor Vasarely-nek több helyütt láthatók épűleteket díszítő művei: Párizsban, Berlinben, Caracasban és Győrben is. A párizsi munkák egyike, az RTL-székház homlokzatát borító mű azonban egy hamarosan meginduló per tárgyává vált. Kinetikus kompozícióját avatatlan kezek nemrégiben alaposan eltorzították.

 

A minap történt, hogy mintha Victor Vasarely önálló kiállítását rendezték volna meg a Drouot árverezőház számos termeinek egyikében: az op-art művészet magyar származású „atyjának” mintegy 150 eladásra váró alkotását sorakoztatták fel. Három festmény kivételével valamennyi sokszorosított mű volt. Ez jól tükrözte Vasarely azon célját, hogy a művészet ne csak egy szűk kör privilégiuma legyen – ennek egyik eszközét a kispénzű emberek számára is elérhető, de esztétikai értéket képviselő szitanyomatokban látta.

Az árverésre azonban – amely a vártnál sokszorosan nagyobb sikert és bevételt hozott – azért került sor, hogy a művész említett törekvését más formában megtestesítő műve, az Aix-en-Provence-i Fondation Vasarely életben maradhasson. Mint ismeretes (Műértő, 2008. július-augusztus), a jelenleg bírósági felügyelet alatt működő alapítvány jó néhány éve az akkori vezetők csalásának áldozata lett, és több ezer mű is eltűnt a gyűjteményből. A művész unokája, Pierre Vasarely által szervezett mostani aukció célja az volt, hogy a befolyó összegből az adósságok rendezése után folytathassák az alapítvány működését. Az árverésre bocsátott alkotások magas leütése Vasarely munkásságának változatlan elismerését mutatja a gyűjtők körében.

Á m egy másik szerencsétlen történet is kapcsolódik az előzőhöz: a művészet demokratizálására a sokszorosított művek, a kiállításokat rendező, oktatási szerepet vállaló és fiatal művészek támogatását célzó alapítvány mellett Vasarely a köztéri alkotásokat is kiváló eszköznek tartotta. Ennek jegyében készültek épületeket díszítő művei Párizsban, Essenben, Bonnban, Berlinben, Caracasban és Győrben is. A párizsi munkák egyike, az RTL-székház homlokzatát borító, fiával, Yvarallal közösen készített munkája azonban egy hamarosan meginduló per tárgyává vált.

Az eredetileg egyszintes épületben a háború alatt a németek rádióstúdiója működött. A hátrahagyott berendezések, felszerelések jó szolgálatot tettek a béke beköszöntével odaköltöző RTL elődjének, a Radio Luxembourgnak. Az időközben egyre növekvőés már RTL néven működő rádió a hatvanas évek végén Jacques Starkier építész irodájának adott megbízást a ház bővítésére. A régi és az öt emelettel megnövelt új, modern rész közötti esztétikai különbözőség elrejtésére a homlokzat művészi alkotással történő eltakarása kínálkozott a legkézenfekvőbb lehetőségnek. A kiírt pályázat nyertese – Sotóval, Georges Mathieu-vel, Jean Carzou-val és más művészekkel szemben – a zsűri egyhangú döntése alapján Vasarely és Yvaral lett. Az egyöntetű sikert egyrészt az egyszerűségében is izgalmas, fekete-fehér, excentrikus körökből álló kompozíciónak, másrészt az Yvaral által kitalált fémlemezes megoldásnak köszönhette. Ez a módszer alkalmassá tette a művet a homlokzat takarására, de nem zárta el az irodaablakoktól a fényt. Az építész, Jacques Starkier és a két Vasarely együttmu˝ködése olyan eredményre vezetett, amely az RTL-székházat arra is érdemessé tette, hogy bekerüljön a Párizs építészeti érdekességeit feldolgozó könyvekbe.

De mintha Vasarelyt még halálában is üldözné a sors: kinetikus kompozícióját avatatlan kezek nemrégiben alaposan eltorzították. Az épület múlt évi felújítása során ugyanis nemcsak a tervező, Starkier jogait sértő építészeti változtatásokat hajtottak végre, de a kompozíciót megtörő, torzító beavatkozást is. A művet kevéssé tiszteletben tartó tervezők az eredetileg csak fekete és fehér körök egyikét bohócorrszerű, vörös folttal töltötték ki – egyszerre borítva fel ezzel annak formai és színszerkezetét, és megváltoztatva vizuális hatását.

Mivel az eset nem Magyarországon történt, hanem Franciaországban, ahol a törvény már Napóleon óta rendelkezik az alkotók jogainak védelméről, ráadásul az érvényben lévő törvényeket alkalmazzák is, szinte biztosra vehető a per Vasarelyre, illetve Jacques Starkierre nézve kedvező kimenetele – azaz az eredeti állapot helyreállításának elrendelése. A sikeres árverés után – remélhetően – épp ilyen optimistán tekinthetünk a Fondation Vasarely jövőjére is.

Cserba Júlia

  télécharger le fichier .pdf
   


samedi 18
avril

 

 

 

L'affaire de la Fondation Vasarely peut encore rebondir à Paris.

  télécharger le fichier .pdf
   


lundi 9
mars

 

 

 

La Fondation Vasarely sauvée grâce aux enchères.

La vente qui à eu lieu samedi à Paris a rapporté un peu plus
de 300 000 €.
  télécharger le fichier .pdf
   


samedi 7
mars

 

 

 

Vente Vasarely : des enchères "au-delà des espérances" au profit de la Fondation.

La vente d'œuvres originales et de sérigraphies de Victor Vasarely (1906-1997), maître de l'Art optique, a largement dépassé les espérances et atteint samedi plus de 300.000 euros, au profit de la Fondation Vasarely en difficulté financière, a annoncé la maison d'enchères.
Avec 305.581 euros (frais inclus), "la vente enregistre un résultat près de deux fois supérieur aux estimations", a indiqué l'expert Marc Ottavi à l'AFP, soulignant que l'intégralité des 150 lots avait trouvé preneur.
" C'est au-delà de nos espérances: tout mon espoir va dans le redémarrage de la Fondation", a déclaré à l'AFP le petit-fils de l'artiste, Pierre Vasarely qui s'est dit "agréablement surpris".
Parmi les plus beaux lots, figurent trois acryliques sur toile originales: "Reess" (110x110 cm), datée "1970 circa 1985", a été vendue 67.200 euros; "Ostor" (160x112 cm), datée "1973 circa 1985", a atteint 57.600 euros et "Sures", "1951 circa 1985", 31.200 euros.
Ces doubles dates indiquent "la date de conception de l'œuvre, suivie de la date de la réalisation", a précisé Pierre Vasarely.
Parmi une dizaine de multiples mis en vente, "Orion multicolore" (105x100 cm) a été vendu pour 8.160 euros tandis qu'une sérigraphie, "VP Gris", signée et justifiée "5/16" par la famille de l'artiste a été emportée pour 2.200 euros.
Une centaine de sérigraphies avaient été offertes par un fils de l'artiste d'origine hongroise, André Vasarely. Les autres œuvres étaient données par la Fondation elle-même qui, selon ses statuts, possède des pièces pouvant être vendues afin de générer des ressources.
La vente était précisément organisée à son bénéfice, afin de rembourser les dettes et d'apurer les comptes.
Créée en 1976 à Aix-en-Provence, la Fondation est actuellement gérée par un administrateur provisoire désigné par la justice, conséquence de multiples péripéties judiciaires. La plupart des 1.300 œuvres originales dont Vasarely l'avait dotée, en plus de 18.000 sérigraphies, ont disparu.
" Il s'agit d'une opération ponctuelle qui va nous permettre un nouveau départ, de réfléchir à l'avenir culturel de la Fondation, de revoir son fonctionnement et de restaurer les œuvres. C'est pour nous l'Acte II de la Fondation", s'est réjoui samedi Pierre Vasarely.
On peut aujourd'hui visiter le bâtiment de la Fondation, qui accueille 42 œuvres monumentales faisant partie de sa structure et assister à des conférences.

  télécharger le fichier .pdf
   


samedi 7
mars

 

 

 

Une vente va renflouer la Fondation Vasarely.

Vente, 150 œuvres parmis lesquelles trois originales, seront vendues aux enchères aujourd'hui à Paris.

Fondation, Cette vente permettra de résorber l'intégralité de la dette de la Fondation, à savoir 140 000 €.

Famille, 102 œuvres mises aux enchères ont été offertes pas le fils et la belle-fille du peintre.

  télécharger le fichier .pdf
   


vendredi 6
mars

 

 

 

L'Hôtel Drouot organise une vente d'œuvres du plasticien Victor Vasarely.

"Enormément de demandes
de la part d'acheteurs".

  télécharger le fichier .pdf
   


vendredi 6
mars

 

 

 

La Fondation Vasarely vend ses œuvres pour se relancer.

La vente aux enchères de 153 œuvres originales, organisée samedi à l'hôtel Drouot de Paris, vise à refinancer la Fondation Vasarely alors qu'un nouveau conseil d'administration doit valider dans un mois un projet culturel de relance.
  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 5
mars

 

 

 

Vasarely sous l'œil de Drouot.

  télécharger le fichier .pdf
   


mercredi 4
mars

 

 

 

Enchères à Drouot au profit de la Fondation Vasarely.

Des œuvres originales et des sérigraphies de Victor Vasarely (1906-1997), maître de l'Art optique, seront vendues samedi (14h30) à Drouot à Paris au profit de la Fondation Vasarely, en difficulté financière, a annoncé mercredi la maison d'enchères et la Fondation.
150 sérigraphies, une dizaine de multiples rares et trois œuvres originales seront proposées aux enchères pour un montant global estimé à quelque 150.
000 euros, a indiqué à l'AFP l'expert de la vente Marc Ottavi.
Une centaine de sérigraphies ont été offertes par un fils de l'artiste d'origine hongroise, André Vasarely. Les autres œuvres sont données par la Fondation elle-même qui possède des pièces pouvant être vendues, selon ses statuts, pour générer des ressources.
La vente est organisée au bénéfice de la fondation afin de "rembourser les dettes et apurer les comptes", a indiqué à l'AFP Pierre Vasarely, petit-fils de l'artiste.
La Fondation créée en 1976 à Aix-en-Provence et actuellement gérée par un administrateur provisoire désigné par la justice, a connu pendant des années de multiples péripéties judiciaires. La plupart des 1.300 œuvres originales dont Vasarely l'avait dotée, en plus de 18.000 sérigraphies, ont disparu.
On peut aujourd'hui visiter son bâtiment, qui accueille 42 œuvres monumentales faisant partie de sa structure, et y assister à des conférences.
La "trésorerie une fois remise à flots", l'objectif de la Fondation est de mettre sur pied un "vrai projet culturel" pour montrer l'œuvre de Victor Vasarely et accueillir de jeunes artistes, a ajouté Pierre Vasarely.
  télécharger le fichier .pdf
   


mercredi 4
mars

 

 

 

150 Vasarely mis aux enchères pour sauver la Fondation.

  télécharger le fichier .pdf
   


mardi 3
mars

 

 

 

150 Vasarely vendus au profit de la Fondation.

La vente comporte notamment trois pièces uniques et originales. Ici,"Reess", une œuvre de 1970, estimée à 30 000 euros.

Samedi aura lieu, à l'Hôtel Drouot à Paris, une vente aux enchères de 150 œuvres de Vasarely. Cette vente, organisée au bénéfice exclusif de la Fondation, a pour but de remettre à flot les financements de cette dernière, qui accusent un passif de 140 000 euros. Nous reviendrons demain, en détail, sur cette vente.
  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 26
février

 

 

 

Marseille 2013, une Capitale à construire.
Un projet et 450 pages de programme.
Des artistes dans la ville et dans le doute.

  télécharger le fichier .pdf
   

lundi 23
février

 

 

 

Vente Drouot
vente au profit de la Fondation Vasarely.
Samedi 7 mars 2009.

  télécharger le fichier .pdf
   

vendredi 20
février

 

 

 

La Gazette de l'Hôtel Drouot
L'hebdo des ventes aux enchères

Vente au profit de la Fondation Vasarely.
Samedi 7 mars 2009 à l'hôtel Drouot à 14h30.

  télécharger le fichier .pdf
   


mercredi 11
février

 

 

 

Frankfurter Allgemeine

Als Victor Vasarely 1971 eine Stiftung seines Namens gründete, glaubte er, dass sein künstlerisches Erbe dort für mindestens "tausend Jahre" gut aufgehoben sei. Er dotierte die öffentlich anerkannte Stiftung mit 1300 Gemälden und Studien, 42 Monumentalwerken, zwei Gebäuden sowie zwanzigtausend Siebdrucken, deren Verkauf die Finanzierung sichern sollte. Im Schloss von Gordes in der Provence richtete er das "Musée didactique" ein, und 1976 wurde bei Aix-en-Provence das nach seinem Entwurf gebaute "Centre architectonique" eröffnet.

Doch noch vor seinem Tod 1997 im Alter von 91 Jahren wurde die Fondation Vasarely zum Opfer der Veruntreuung von Werken durch ihren Vorsitzenden Charles Debbasch zwischen 1981 und 1993; fünf Jahre nach dem Tod der Mutter Claire Vasarely kam es 1995 in einem Schlichtungsverfahren zur Aufteilung des Erbes zwischen den Söhnen André und Jean-Pierre Vasarely. Die Stiftung verlor dadurch einen wesentlichen Teil ihrer Sammlung. Debbasch, ehemaliger Rektor der Rechtsfakultät von Aix-en-Provence, wurde 2005 zu zwei Jahren Haft und einer Geldstrafe von 150 000 Euro verurteilt - in Abwesenheit, denn er hatte sich nach Togo abgesetzt.

Im Juni 2006 stellte eine staatlich beauftragte Rechnungsprüfung fest, dass die Stiftung ihren Auftrag nicht mehr erfüllen könne, da der größte Teil der Schenkungen des Künstlers verschwunden sei. Das "Didaktische Museum" im Schloss von Gordes wurde schon 1996 geschlossen; das "Centre architectonique" in Aix-en-Provence, als architektonisches Zeugnis von Vasarelys "optischer Kinetik" auf der Liste geschützter Denkmäler, enthält kaum mehr als die nicht abtransportierbaren Monumentalwerke und verfällt langsam. Der letzte Vorsitzende des Verwaltungsrats der Stiftung, der Marseiller Rechtsanwalt Renaud Belnet, schlägt die Auflösung der Stiftung und eine Abtretung des Gebäudes an die Stadt Aix-en-Provence vor, um dort ein Kulturzentrum einzurichten. Der Enkel Pierre Vasarely, seit 2005 gerichtlich als Universalerbe des Künstlers anerkannt und seit 2006 auf Gerichtsbeschluss Mitglied des Verwaltungsrats, hat indessen vor dem Großen Zivilgericht von Aix-en-Provence einen letzten Rettungsversuch für die Stiftung erwirkt.

Im Oktober vergangenen Jahres ernannte das Große Zivilgericht von Aix-en-Provence einen vorläufigen Verwalter der Stiftung; die Staatsanwaltschaft leitete polizeiliche Ermittlungen ein und erhob eine Klage gegen unbekannt über den Verbleib von 31 Werken aus dem Inventar der Stiftung. Der gerichtlich bestellte Verwalter, Xavier Huertas, vermutet ein "betrügerisches Manöver" und hat nun die "Annullierung der Schlichtung und die Rückgabe der Werke aus der Teilung" von 1995 beantragt. Im Visier des Verdachts der "programmierten Veruntreuung" ist Michèle Taburno-Vasarely, die Ehefrau des 2002 verstorbenen Jean-Pierre Vasarely, die zwischen 1995 und 1997 die Stiftung leitete. Zwischen dieser Position und ihrer Beteiligung am Schlichtungsverfahren - sie erhielt zudem von den Erben den Auftrag zur Aufteilung der Werke - gab es offensichtlich einen Interessenkonflikt. Michèle Taburno-Vasarely, die in Chicago lebt, bestreitet eine unrechtmäßige Bereicherung. Die erste Gerichtsverhandlung ist auf den 12. Juni angesetzt.

ANGELIKA HEINICK

  télécharger le fichier .pdf
   


jeudi 1er janvier 2009

 

 

Pierre Vasarely,
président de l'Association
pour la défense de l'œuvre de Vasarely
et Membre du Comité de Patronage du Programme Pécs2010, capitale Européenne de la Culture,
vous présente ses meilleurs vœux pour l'année 2009

  télécharger le fichier .pdf
   
 
   

Revue de presse 2017

 
 

 

Association de amis de la Fondation Vasarely
1, avenue Marcel Pagnol
Jas de Bouffan
13090 Aix-en-Provence

Association - Statuts et A.G. - Manifestations - Catalogue raisonné - Presse - Publications - Art Cinétique - Adhésion - Contact
Facebookacebook - English version - Deutsche Version - Magyar változat

Copyright 2009 ©Association des amis de la Fondation Vasarely